Les bijoux africains: quelques significations et les attributs

créé par sandrine Nguefack

Grâce à l’iconographie picturale et aux fouilles de tombes, nous avons une idée du rôle des bijoux dans les cultures africaines d’hier et d’aujourd’hui. Les significations et les attributs ne varieraient pas seulement d’un pays à l’autre, mais aussi entre les communautés d’un même pays. Dans cet article, nous allons mettre en évidence certaines caractéristiques et les rôles des bijoux dans certaines régions du continent.

Quelques faits importants sur les bijoux

Au-delà de l’aspect décoratif, les bijoux étaient utilisés sur le continent pour transmettre différents messages au sein des communautés.

Les bijoux servaient de moyen de communication

Un signe de richesse.

C’était un élément de base dans de nombreux accords de dot de mariage. Les bijoux refléteraient la valeur estimée de l’union. Les bijoux reçus par la femme lors de son mariage pouvaient être utilisés comme monnaie dans les communautés sahariennes pour maintenir la famille à flot économiquement durant les moments difficiles.

Statut social

Les bijoux étaient aussi utilisés pour signifier da classe sociale. Certaines pierres ou savoir-faire étaient réservés aux chefs et à la royauté de la communauté pour souligner leur position dans la société.

Ils étaient également utilisés pour indiquer l’état matrimonial. Un fait encore très présent dans la société moderne en Afrique ou ailleurs.

Ils intégraient les messages codés.

Les communautés à l’instar des femmes Massai utilisaient le design de bijoux pour échanger. Lors de la création des bijoux, elles utilisaient la juxtaposition de couleurs afin d’intégrer des messages codés.

Ils servaient de talisman et de protection.

Ils étaient utilisés pour la protection physique et spirituelle. Les femmes Ouled Nail d’Algérie portaient des bracelets à pointes pour repousser les admirateurs trop enthousiastes lors des danses.

Quelques types de bijoux selon les régions

En Afrique du Nord

Egypte

Collier avec pendentif faucon, Toutânkhamon – Wikipedia

L’Egypte est l’un des pays au monde dont l’histoire est très documentée. C’est aussi la région avec un certain nombre de bijoux anciens les plus célèbres tels que le buste de Néfertiti et le masque funéraire de Toutankhamon.

L’argent n’était pas très présent en Egypte, c’est pourquoi le cuivre et l’or étaient principalement utilisés. L’or était souvent complété par l’utilisation de trois couleurs, à savoir le lapis-lazuli, la cornaline et la turquoise.

Les cobras de protection

Les hommes et les femmes de toutes les classes sociales, portaient des bijoux durant leur vie, et même après la mort. Ils avaient une préférence pour des bijoux aux motifs élaborés. Même les statues de leurs dieux et de leurs rois devaient être ornées de bijoux somptueux. Leurs vêtements, selon les découvertes archéologiques, étaient simples et probablement plus axés sur la fonction.

En plus de ces bijoux, il y avait leurs amulettes et talismans protecteurs, qui seraient soit infusés dans leurs bijoux, soit portés indépendamment. Ils étaient aussi importants pour protéger le porteur dans le pays des vivants que dans le royaume des morts.

Les bijoux avaient aussi une fonction commémorative en Egypte. À cet effet, il y avait des amulettes spécifiques pour l’au-delà. Selon Britannia,  » Le scarabée, la fleur de lotus, le nœud d’Isis, l’œil d’Horus, le faucon, le serpent, le vautour et le sphinx sont tous des symboles de motifs liés à des cultes religieux tels que le culte des pharaons et des dieux et le culte des morts. »

Dans le Sahara

En Tunisie, au Maroc et en Algérie, les formes de bijoux populaires comprennent les broches, les pendentifs, les bandeaux, les épingles à châle de forme triangulaire et les ornements de poitrine. L’argent est le métal de prédilection de la culture berbère et touareg, car l’or est considéré comme un porte-bonheur.

Bijoux

Croix touareg du Niger [Image Google]

Fait intéressant, les femmes berbères superposaient des bijoux avant qu’ils ne deviennent courants. Ils porteraient plusieurs de leurs pièces à la fois : des boucles d’oreilles, associées à des colliers, des bagues, des broches, des bracelets de cheville et des bracelets.

A nos jours, trouver les pièces antiques originales n’est pas toujours évident, parce que les femmes berbères ont depuis la nuit des temps opté pour des pièces personnalisées. Il y avait donc la pratique courante de fondre des pièces et de les transformer en de nouveaux bijoux pour une femme en particulier. Les grandes pièces lourdes aux détails complexes sont également une caractéristique que vous verrez parmi d’autres communautés de la région saharienne. Les Touaregs ont une préférence pour le design symétrique, géométrique et audacieux, à l’exemple de la croix touareg transmis de père en fils. D’après la culture touarègue, elle protégerait contre le mal.

 

En Afrique équatoriale

Bijoux

Bijoux en Ivoire – Source
leuksenegal.com

En Afrique équatoriale, l’ivoire était l’un des principaux éléments de la conception de bijoux. Le matériel était considéré comme sacré et était réservé aux rois. Selon Jewels for Me, l’ivoire était également incorporé dans les cérémonies d’initiation, « en RDC, on trouve de l’ivoire sculpté dans des formes figuratives, dont certaines représentent des ancêtres et sont portées pour la protection ou comme insignes pour marquer l’initiation dans la société. Dans le sud-ouest du Congo, les Pende fabriquent des masques en ivoire pour indiquer que le porteur a subi la circoncision et l’initiation.

Le commerce a apporté des matériaux tels que des perles de verre, du laiton, de l’or, du cuivre et du corail qui ont ensuite été incorporés dans de nombreuses créations anciennes. Les femmes béninoises auraient porté des ornements de hanche en laiton tandis que les femmes nigérianes portaient des bracelets larges en laiton finement tissés lors du processus de séduction. Les Yorubas du Nigeria auraient introduit le processus de la cire perdue dans la région de la savane. Ce qui a rendu les créations en laiton et bien d’autres possibles. Les perles étaient également utilisées dans les pièces de noblesse comme avec l’Oba au Bénin, les bamilékés au Cameroun et les Yorubas.

L’or dans la fabrication des bijoux en Afrique équatoriale

La région entre le Sahara et la forêt équatoriale est riche en minéraux. Ce qui justifierait le fait que l’or, en particulier, semblait être un métal de choix. Les femmes peules du Mali utilisaient des boucles d’oreilles en or pour représenter leur caste en termes de richesse.

BijouxPlus les boucles d’oreilles étaient grosses, mieux c’était pour la famille. Les chefs traditionnels Sénégalais portaient des objets extravagants aux motifs complexes travaillés. Alors que les femmes portaient les bijoux sous des formes que nous associons aujourd’hui, telles que des bracelets, des bracelets de cheville et des colliers.

En Côte d’Ivoire, les bijoux en fer forgé représentaient les animaux qui les entouraient. Ils fabriquaient des bracelets sénoufos et des pythons sacrés. Dans la communauté Ashanti, les hommes ornaient des casques fabriqués à partir de peaux raidies et décorées d’ornements en bois et de feuilles d’or. Les princes et les dignitaires étaient également connus pour porter d’énormes bagues en or qui étaient également fabriquées selon la technique de la cire de lot.

De nos jours, la production traditionnels toujours pratiqués sur le continent. Elle résiste bien que mal aux techniques et les technologies.

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

testo

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"