Les chaussures en Afrique durant la précolonialisation

créé par sandrine Nguefack

Comme beaucoup d’autres stéréotypes sur l’Afrique, on a souvent pensé que, les Africains se promenaient pieds nus et ne maitrisaient pas l’art de la fabrication des chaussures avant l’ère moderne. Une ignorance probablement entretenue par un manque d’information de notre part.

Les chaussures étaient considérées comme un symbole de statut en Afrique. Ils étaient souvent réservés aux cérémonies et à la royauté. Selon les anthropologues, les matériaux traditionnels pour fabriquer les chaussures étaient le cuir brut, le cuir et le métal ; pour en mentionner quelques-uns.

Égypte : Les sandales d’or d’un pharaon

Chaussures

Les sandales d’or d’un pharaon

Ces sandales sont d’un « minimalisme » qui séduit et d’une élégance qui subjugue ! Leur « design », totalement harmonieux et esthétique, est sublimé par le fait qu’elles sont découpées dans une feuille d’or.

Lorsque la tombe de King Tut a été ouverte, Howard Carter a découvert 93 fragments de chaussures, dont des tongs ornées de manière extravagante. Les archéologues ont découvert que contrairement aux chaussures européennes antérieures, les Égyptiens pour la plupart des élites portaient des sandales en cuir ou en paille, lorsqu’elles s’aventuraient à l’extérieur.

Les chaussures en Afrique de l’Ouest

Les sandales ouvertes étaient privilégiées, qui permettant ainsi la circulation de l’air, comme avec les sandales ovales en forme de cuvette d’Ouganda ou les sandales plates et larges portées par les Haoussa en Afrique de l’Ouest.

Chaussures du Soudan, fin du 19ème siècle. Photo: Musée américain d'histoire nationale (collection ethnographique africaine)

Chaussures du Soudan, fin du 19ème siècle. Photo: Musée américain d’histoire nationale (collection ethnographique africaine)

Les Hausas semblent avoir l’histoire de la chaussure la plus documentée du continent. Leur travail du cuir est considéré comme légendaire dans toute l’Afrique de l’Ouest et leur travail intrinsèque a consisté à construire des bottes et des sandales. Ils étaient connus pour teindre leur cuir avec des pigments naturels comme le henné pour créer un effet saisissant. Les bottes d’équitation du début du XX e siècle ont vu les Hausas incorporer du cuir tressé comme décoration. Les bottes, qui protégeaient leurs jambes du sable, des irritations et du soleil, avaient des séparations aux orteils qui permettaient au porteur de saisir une sangle nouée. En complément de leurs manteaux et robes royaux, les émirs haoussa du nord du Nigéria tapissaient les incrustations de leurs chaussures de plumes d’autruche.

Botte d’équitation Hausa début 20ème

Nigeria

Les chaussures soigneusement ornées de perles font traditionnellement partie des tenues royales à la symbolique complexe qui proclament le statut d’oba ou chef des peuples yoruba. Les symboles incluent des visages perlés qui honorent Oduduwa, l’oba ancestral des Yorubas, des motifs entrelacés de broderies perlées qui symbolisent l’interdépendance du divin avec les vivants et des oiseaux qui signifient le pouvoir féminin.

les chaussures Ahenema et chawchaw du Ghana

Chaussures

Sandales de souverain asante, ornements en or, Ghana, XXe siècle – [Image: Bata Museum]

Le Ghana, en particulier la communauté Akans, possédait l’Ahenema, une pantoufle locale qui impose respect, majesté et autorité à la société. Les chaussures ont été fabriquées avec du matériel végétal, les plantes grimpantes constituant la tige. Avant qu’ils utilisassent l’arbre comme semelle, ils utilisaient à l’origine des feuilles. Ils ont progressivement commencé à utiliser du cuir dans les chaussures appelées «chawchaw» qui étaient destinées aux rois et à quelques reines du royaume.

Le Bénin, de son côté, avait des pantoufles recouvertes de perles de corail tandis que le Cameroun optait pour des chaussures en métal coulé.

En République du Congo

Sandales à boutonnière pour hommes [Image: Pinterest]

Les talents de sculpteur de The Luba of Zaire se sont répandus dans la fabrication des chaussures avec les sandales à bouts en bois. Avec leur centre culturel dans la lignée des rois, les chaussures ont été faites pour le statut ou la cérémonie. La plupart des chaussures découvertes portent une usure évidente, ce qui témoigne de la tradition des Luba de conférer des chaussures royales à travers les générations.

 

Les chaussures du sultan Bamoun au Cameroun

Mules en bronze coulé dans la région de Bamoun, Cameroun, XXe siècle

Le sultan Bamoun du Cameroun avait découvert du bronze dans les roches du village de Mambe. À partir de ce bronze des chaussures était fabriquées.

 

Afrique du Sud : afrikaans

Cette paire de chaussures zouloues a été présentée à M. et Mme Thomas J. Bata par le chef Mangosuthu Gatsha Buthelezi lors d’une visite qu’ils ont effectuée au KwaZulu en 1979.

Les Khoisans, l’une des premières communautés à habiter le bush africain subsaharien, fabriquaient des chaussures pour survivre sur les terres arides et les hautes herbes. Lorsque les Européens sont arrivés et se sont installés dans la région, ils ont pris la construction de la chaussure et l’ont combinée à la conception simple de leurs chaussures pour créer le « Veldtschoen ». La chaussure était en cuir brut ou en cuir tanné avec une semelle en caoutchouc. Ce mot afrikaans se traduit par chaussure de brousse et s’appelle simplement aujourd’hui les Vellies.

 

Les chaussres à Madagascar 

Sandales de Madagascar, 1900. Photo: Musée américain d’histoire naturelle (collection ethnographique africaine)

 

 

 

 

Cependant, en raison du climat chaud ou du coût des chaussures, beaucoup préféraient marcher pieds nus.

Chaussures
Bottes en peau et fourrure, Nigéria 1905. Photo: Musée américain d'histoire naturelle

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

testo

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"