Sayyida al-Hurra : La reine pirate qui fit trembler les Portugais

créé par sandrine Nguefack
Sayyida al-Hurra

Marocaine d’origine andalouse, Sayyida al-Hurra et sa famille qui fuirent vers l’Afrique du Nord après la chute de Grenade en 1492. Souveraine et défenseure de la cité-État côtière marocaine de Tétouan, Sayyida al-Hurra était une femme guerrière qui imposait ses règles en Méditerranée occidentale.

L’exil d’Espagne et la montée au Maroc de la famille de Sayyida al-Hurra

En 1492, ses compatriotes musulmans et juifs sa famille considérée noble sont chassés de leur ville bien-aimée de Grenade en Al-Andalus (aujourd’hui le sud de l’Espagne). Une expulsion qui a marqué la fin de près de huit siècles de domination musulmane dans la péninsule ibérique.

Pendant qu’une partie de ces milliers d’émigrants en provenance de Grenade en Al-Andalusse s’installaient dans les grands centres urbains nord-africains tels que Fès, Oran et Tunis. D’autres, peuplaient les villes et les districts désertiques du pays y compris Tetwán (Tétouan), Salé et les plaines de Metidja, près d’Alger ».

Parmi la vague de réfugiés se trouvait qaid Moulay Ali ibn Rashid qui fonda dirigea la cité-Etat de Chefchaouen, dans les montagnes du Rif au sud-est de Tanger près de la côte nord du Maroc. Il s’y installa avec sa femme Lalla, Zohra Fernandez leur servante chrétienne convertie à l’islam, son fils Moulay Ibrahim et sa fille, la future Sayyida al-Hurra, dont le nom de naissance était probablement Aisha. Ils ouvrirent les portes de Chefchaouen à des vagues de compatriotes andalous fuyant la Reconquista espagnole.

Jeune témoin de tout ce bouleversement alors que, fille, Aisha se distingue en tant qu’élève. Elle excellait dans les langues, dont le castillan et le portugais, ainsi qu’en théologie. Parmi ses professeurs se trouvait le célèbre érudit marocain Abdallah al-Ghazwani, dont le père, le tout aussi célèbre shaykh Oudjal, aurait un jour posé sa main sur la tête d’Aïcha et déclaré : « Cette fille se hissera dans les plus hauts en rang. »

En 1510, elle devient l’épouse de Abu Hassan al-Mandari, gouverneur de Tétouan depuis 1505. À environ 55 kilomètres au nord de Chefchaouen, à l’embouchure de la rivière Martil, Tétouan était le principal port du Maroc.

L’alliance de mariage al-Mandari était une sage décision. Avec Aïcha comme co-régente de Tétouan et la nomination simultanée de son frère Moulay Ibrahim comme vizir d’Ahmed al-Wattasi, sultan de Fès, les Rashid se positionnerent comme des acteurs majeurs dans l’effort d’unification du Maroc contre les puissances à croissance rapide de l’Espagne et du Portugal.

Le besoin d’unité était réel

En 1488, les Portugais ont fait le tour de la pointe sud de l’Afrique et ont établi leur propre route maritime directe vers l’Arabie, l’Inde et l’Asie du Sud-Est. Le pari a réduit les profits des marchands nord-africains qui, pendant des siècles, avaient servi d’intermédiaires entre l’Europe occidentale et l’Asie. Les Portugais ont également établi des colonies le long des côtes africaines, les reliant à l’intérieur. Dans le même temps, les Espagnols, regardant avec avidité le détroit de Gibraltar et méfiants face à l’expansion ottomane en Méditerranée, s’accrochaient obstinément à leurs propres avant-postes le long de la côte nord-africaine : Tripoli, Alger, Santa Cruz et autres.

Pendant ce temps, au sud de Fès, dans ce qui est aujourd’hui le centre-nord du Maroc, Ahmed al-Wattasi a cherché une alliance avec le Portugal pour l’aider à repousser les membres rebelles de la tribu Saadi soutenus par l’Angleterre. La Méditerranée, autrefois connue sous le nom de lac romain, était devenue un ragoût international et fratricide.

Al-Mandari, le mari d’Aisha, mourut entre 1515 et 1519, la laissant seule dirigeante de Tétouan. C’est à cette époque qu’elle prend le titre officiel de sayyida al-hurra, hakimat titwan – Dame Souveraine, Gouverneure de Tétouan.

Son alliance avec Oruç Reis pour la domination de la Méditerranée

C’est l’alliance de Sayyida al-Hurra avec le célèbre corsaire Oruç Reis – connu en Occident sous le nom de Barbarossa – qui a contribué à cimenter sa réputation de « reine des pirates ». Nés à Lesbos vers 1474, Oruç et son frère aîné, Hayreddin, comptaient parmi les corsaires dits barbaresques les plus notoires. Alors qu’ils déplaçaient leur base autour de la Méditerranée en tant que serviteurs nominaux du sultan ottoman, leurs exploits comprenaient des raids sur les colonies espagnoles, des batailles avec les chevaliers hospitaliers et même une attaque audacieuse contre le vaisseau amiral du pape Jules II en 1504. Oruç arborait une prothèse de bras en argent. Malgré son handicap, selon des témoins oculaires, il « s’est battu jusqu’au dernier soupir, comme un lion ». Pourtant, il avait un côté doux : entre 1504 et 1510, il a aidé à transporter des réfugiés musulmans d’Espagne vers l’Afrique du Nord.

La politique et les sympathies d’Oruç ont attiré l’attention et l’admiration de Sayyida al-Hurra. Unissant leurs forces, les deux ont rapidement dominé les eaux de la Méditerranée, attaquant à la fois les navires et les villes et faisant des captifs chrétiens. Des sources espagnoles de 1540 racontent des attaques contre Gibraltar et la perte de « beaucoup de butin et de nombreux prisonniers » pour lesquels Sayyida al-Hurra a négocié une rançon. Les Portugais, quant à eux, « priaient Dieu de leur permettre de la voir pendue au mât d’un navire », comme le note Chamorro. Sébastien de Vargas, envoyé royal portugais à la cour de Fès à l’époque, la caractérisant comme « une femme très agressive et de mauvaise humeur sur tout ».

Au fur et à mesure que son pouvoir grandissait, sa réputation augmentait également. En 1541, lors d’une tournée éclair à travers la région pour aider à mobiliser le soutien de sa dynastie assiégée, Ahmed al-Wattasi a demandé sa main en mariage. Elle a accepté, mais a refusé de se rendre à Fès pour le mariage, insistant plutôt pour qu’il ait lieu à Tétouan. C’était la seule fois dans l’histoire du Maroc qu’un sultan se mariait en dehors de la capitale. La nouvelle du mariage a voyagé jusqu’à Madrid, où il a troublé Philippe II et a été considéré par certains comme l’équivalent musulman du mariage de pouvoir entre Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille.

La chutte de la reine Sayyida al-Hurra

Sa diplomatie intermittente et ses querelles avec les Portugais à Ceuta incitèrent son gouverneur à couper les liens commerciaux avec Tétouan. Son tempérament et sa fierté étaient devenus mauvais pour les affaires. En 1542, elle est renversée par son gendre Moulay Ahmed al-Hassan al-Mandari (petit-fils d’Abu Hassan), mettant fin à 30 ans de règne. Elle fut dépouillée de ses biens et de son pouvoir. Acceptant son sort, elle se retira à Chefchaouen, où elle vécut encore près de 20 ans, jusqu’au 14 juillet 1561.

Les historiens s’accordent à dire qu’elle est la dernière femme dirigeante islamique à détenir le titre « al-Hurra ». Bien qu’elle n’ait laissé aucun écrit connu, les mots de sa compatriote andalouse, la poétesse du XIe siècle Wallada, fille d’Al-Mustakfi, souverain de Cordoue, résument avec élégance son équilibre et son pouvoir. Son éducation, sa force de caractère et sa présence d’esprit l’ont établie comme une dirigeante politique, indépendante de la supervision, de l’instruction ou de l’approbation des hommes. Elle savait ce qui devait être fait dans différentes circonstances et ce sont les types de qualités qui auraient fait d’elle un leader.

Elle gouverna Tétouan pendant environ un quart de siècle, période pendant laquelle un niveau de prospérité sans précédent », comme l’écrit l’historien espagnol Germán Vázsquez. Une grande partie de cette prospérité provenait d’une source évidente : les attaques contre les navires espagnols et portugais chargés de marchandises, d’or et d’autres trésors. Dans les archives espagnoles contemporaines sous le nom de Sida el-Horra

 

Note Que Sayyida al-Hurra et Oruç soient ou non des « pirates » dépendait  de l’extrémité du canon à laquelle on faisait face. « La piraterie était endémique au XVIe siècle et ne se limitait en aucun cas à la côte sud de la Méditerranée », explique Lebbady. « Les pirates anglais avaient l’habitude d’intercepter les galères espagnoles revenant des Amériques, et ce qu’ils prenaient comme butin était une source majeure de revenus pour le gouvernement de la reine Elizabeth I. »

 

Source Image

Wikimedia Common’s

Pour aller plus loin

« Hasna Lebbady, auteure de Feminist Traditions in Andalusi-Maroccan Oral Narratives (Palgrave Macmillan, 2009)

L’historien espagnol Germán Vázsquez Chamorro dans sa récente étude, Mujeres Piratas (Femmes pirates) (Edaf Antillas, 2004)

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

[wp_ad_camp_1]

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"