Colors of loveCroisement |

Les perruques au-delà du temps des culture et du genre

créé par sandrine Nguefack
Les perruques

Aussi loin que nous remontons dans le temps, les perruques ont toujours été portées pour créer une attention esthétique. Un accessoire qui, dans différents lieux et époques a joué un rôle dans la culture populaire de la mode. Le mot « perruques », était le nom des extensions capillaires longues et bouclées particulières qui sont devenues populaires après le retour de Charles II sur le trône en 1660. Certains historiens attribuent le statut de mode populaire de la perruque à Louis. XIII.

Les perruques dans l’Egypte ancienne

Perruques


This wig is an approximate reconstruction (from original pieces) of the tomb of three minor wives of Thutmose III at Wady Gabbanat el-Qurud, circa 1479-1425 BC.
In gold, gesso, carnelian, glass and jasper.
(CC BY-SA 2.5)

Habitués à se raser la tête pour éviter l’invasion des poux, les Égyptiens les portaient aussi selon leur statut social. Elles étaient faites de cheveux humains, de laine de mouton ou de fibres végétales

Elles protégeaient également leurs têtes chauves du soleil brutal devenant ainsi une pratique quotidienne.

Elles pouvaient indiquer le statut d’une personne ainsi que son rôle dans une société ou une politique. Les perruques des femmes étaient ornées de tresses et d’or, des anneaux de cheveux et des ornements en ivoire les rendant plus élégants que les perruques d’hommes. En fin de compte, plus la perruque était élaborée, plus le rang social était élevé.

La perruque dans l’empire Romain.

Chez les Romains, elles étaient souvent faites avec des cheveux des personnes soumises à esclavage. Les femmes et les hommes romains portaient des perruques, qu’ils soient chauves ou non. Pendant l’Empire romain, les femmes romaines riches portaient souvent des postiches inhabituellement élaborés qui augmentaient considérablement à la fois le volume et l’effet de la coiffure. Certaines perruques étaient portées pour avoir l’air naturelles, mais beaucoup étaient intentionnellement « fausses » avec des tresses de couleurs de cheveux contrastées.

Perruques

Roman statue of a woman with an elaborate hairstyle (Aphrodisias, 2nd century AD).

Les cheveux préférés des perruques romaines provenaient des personnes soumises à esclavage venant des tribaux allemands avec leurs cheveux blonds et des Indiens avec leurs cheveux noirs. Les perruques étaient particulièrement pratiques à porter car les coiffures devenaient de plus en plus élaborées.

D’autres civilisations européennes anciennes dont les citoyens portaient des perruques étaient les Grecs, les Assyriens et les Phéniciens …

 

 

 

Le port des perruques dans l’Extrême-Orient

Perruques

Traditional hair and geisha wigs

Les peuples des anciennes civilisations d’Extrême-Orient, dont la Chine et le Japon, portaient rarement des perruques sauf par des acteurs se produisant dans les théâtres traditionnels de Chine et du Japon (Noh ou Kabuki) et par certains types d’artistes féminines comme les Japonaises. Geisha ou le coréen Kisaeng.

L’influence religieuse sur le port des perruques

Avec l’émergence des influences chrétiennes au cours de l’ère médiévale est devenue plus claire. Au Moyen Âge (1200-1400 après JC), les perruques ont perdu leur pertinence en raison des temps difficiles. Les femmes étaient généralement tenues d’avoir la tête couverte, la mode était ignorée de tout le monde et la beauté était austère.

Puis, au début de la Renaissance (1400-1600) la coiffure féminine reprend de l’importance et les femmes recommencent à montrer leurs cheveux. Au lieu de se couvrir la tête, elles ornaient leurs coiffures de voiles brillants et de bijoux étincelants. Une fois de plus, les perruques féminines ont émergé alors que la mode et la beauté devenaient des considérations importantes dans la société.

Les perruques dans les principautés

L’histoire des perruques en France remonte au règne de Louis Xlll qui devint prématurément chauve. Pour dissimuler sa calvitie, il a commencé à porter des perruques élaborées. Les archives historiques indiquent que la première guilde de perruquiers indépendants a été créée en 1673. La perruque jouissait désormais des pedigrees les plus nobles des cours françaises du XVIIe siècle de Louis XIII et Louis XIV et elle est devenue une icône de la mode qui faisait partie intégrante du monde aristocratique, de puissance et d’affichage.

À la fin du règne du Roi Soleil (roi Louis XIV), les perruques s’étaient propagées bien au-delà de la noblesse française. Les rois des cours royales à travers l’Europe portaient des perruques,

Une autre royale mémorable connue pour ses perruques élaborées était la reine Elizabeth I d’Angleterre. Les perruques étaient si répandues que pratiquement toute l’élite portait des perruques ou des coiffures élaborées à cette époque.

Les perruques à partir du 18ème siècle

Le 18ème siècle a vu des perruques élaborées avec des coiffures hautes d’un mile et des boucles très décorées. C’est l’explosion extravagante de coiffures étonnantes, une réaction complètement opposée à la pudeur des siècles passés.

1600s horsehair wig.

Les perruques poudrées blanches avec de longues boucles sont devenues à l’ordre du jour. Certaines dames imaginatives avaient des perruques avec de petites cages à oiseaux avec des oiseaux, sur le dessus de leur tête. Les grosses perruques étaient définitivement à la mode.

Il n’est pas surprenant qu’à la fin du XVIIIe siècle, le nombre de maîtres perruquiers français ait explosé du centre de la mode de Paris aux autres capitales européennes et enfin aux villes de province. En plus des maîtres perruquiers, il y avait des milliers de compagnons perruquiers et d’artisans parcourant la campagne européenne pour produire clandestinement des perruques. Finalement, les perruques n’étaient plus un article de luxe exclusif, un marqueur exclusif de haute naissance ou un symbole de statut porté par quelques privilégiés. Une perruque plus courte et moins élaborée, appelée la perruque bob, était très populaire en Amérique de l’époque coloniale au début du XVIIIe siècle.

Le style de la perruque a changé au fil des décennies. Les perruques des classes supérieures étaient faites de cheveux humains. La perruque simulait de vrais cheveux et était principalement utilisée pour la parure ou pour couvrir la perte de vrais cheveux. Les perruques sont devenues extrêmement recherchées après avoir atteint le statut de symbole. Devenue une tradition de la Cour d’Angleterre, la perruque est encore visible aujourd’hui dans les tribunaux par le monde.

À la fin du XVIIIe siècle, les jeunes hommes ont commencé à porter leurs cheveux dans un état plus naturel. Bien que le look propulsé et l’utilisation de perruques se soient poursuivis, ce n’était plus un look de mode porté tous les jours, mais réservé aux hommes et aux femmes plus âgés et plus conservateurs qui étaient présentés à la cour. Avec les troubles civils en France contre les excès de la noblesse et l’association entre la mode, les perruques et l’aristocratie, l’importance des perruques en France a également commencé à s’estomper lentement après la Révolution française.

Dans les colonies américaines, les messieurs ne sont pas en reste. Ils suivaient de près les derniers styles de perruques à Londres et à Paris. Un type très populaire était la perruque de file d’attente / perruque de cravate, apparaissant assez souvent dans les vieux portraits coloniaux.

Les années 1870 étaient consacrées aux gros cheveux, aux grosses boucles, aux grosses tresses et aux gros chignons généralement fabriqués à partir d’autres cheveux. Il n’y avait aucun moyen pour une femme d’obtenir une coiffure à la mode des années 1870 sans ajouter des coiffures supplémentaires à ses propres cheveux naturels. Presque tous les styles impliquaient des extensions de cheveux différentes. Le début du 20e siècle a vu l’utilisation de plus de postiches pour améliorer les coiffures.

Rôle des perruques chez les patients atteints d’alopécie sévère ou du cancer

Si la comodité est la raison la principale pour laquelle la perruque est portée n’en demeure pas moins que la perruque encore appelée dans ces cas prothèses capillaires ont des rôles thérapeutiques.

La perruque est considérée comme l’une des modalités de traitement de la pelade sévère définitive ou temporaire, peuvent améliorer la qualité de vie des patients. Le port des prothèses capillaires permet d’améliorer l’estime de soi et l’adaptation sociale des malades ; donnant ainsi un rôle psychosocial de la perruque chez les patients.

En somme, tout ce qui est lié à la coiffure, aux perruques, évolue. La technologie moderne a rendu les perruques synthétiques élégantes et chics à la portée de tous. Les fabricants de perruques développent constamment une meilleure construction, un meilleur ajustement et un meilleur style du bonnet de perruque.

 

Sources :

https://en.wikipedia.org/wiki/Roman_hairstyles    

http://geishaofjapan.com/travel/kyoto-hair-museum/

https://thehistoryofthehairsworld.com/hair_18th_century.html 

http://thisisversaillesmadame.blogspot.com/2017/02/the-periwig.html

https://www.americanrevolution.org/clothing/colonial5.php

https://www.cancer.org/treatment/treatments-and-side-effects/physical-side-effects/hair-loss/choosing-and-wearing-wig.html

https://www.breastcancer.org/treatment/side_effects/hair-loss/wigs 

 

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

testo

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"