Isis, la divinité qui a gagné le cœur des peuples hors de l’Égypte

créé par sandrine Nguefack

Isis est une déesse de l’Égypte antique dont le culte s’étendait sur le pourtour méditerranéen après l’avènement du règne hellénistique en Égypte au 4e siècle avant notre ère. Puis, avec l’expansion de la puissance romaine, l’adoration d’Isis a gagné de nouveaux territoires.

Isis n’était vénérée que dans le delta du Nil, d’où elle était originaire, mais ensuite, elle est devenue une divinité importante pour toute l’Égypte antique. L’écrivain romain Apulée allait même la couvrir de gloire en la qualifiant de « mère des étoiles, parente des saisons et maîtresse du monde entier. » De nombreux peuples du monde romain lui vouaient un culte pour diverses raisons.

Les origines de Isis

Isis provient en fait de la forme grecque du nom de la déesse, elle-même issue de l’égyptien ancien Aset, qui signifie « siège » ou « trône ».

Dans l’une des versions les plus répandus du mythe d’Isis, elle est le fruit de l’union entre Geb, dieu de la Terre, et Nout, déesse du ciel. Elle épouse l’un de ses frères, le dieu Osiris, et ensemble ils règnent sur le monde. Osiris est assassiné par Seth, son jeune frère rongé par la jalousie qui dépèce le cadavre et disperse les lambeaux. Éplorée, Isis parcourt le monde à la recherche des différents membres pour reconstituer le corps. Osiris est finalement ramené à la vie mais après avoir régné sur les vivants il est désormais le dieu des morts. Isis donne naissance à un fils, Horus. Isis allaitant Horus est d’ailleurs un sujet artistique très répandu.

Isis en Egypte

Représentée comme une jeune femme élancée vêtue d’une robe fourreau, portant une coiffe en forme de trône. Son apparence allait plus tard connaître quelques changements avec la diversification de ses fonctions divines. Hathor, la déesse égyptienne de la maternité, était souvent coiffée d’un disque solaire posé entre deux cornes de vache. À mesure que le rôle d’Isis se rapprochait de celui d’Hathor, sa coiffe connut la même transformation. Cette capacité à absorber de nouveaux attributs allait se révéler décisive pour la longévité et l’étendue de son culte à travers le monde antique.

L’adoration d’Isis s’étend à travers la longue histoire de l’Égypte antique. Sur cette statue créée entre 600 et 300 avant notre ère, Isis allaite son fils Horus (à gauche), une pose qui souligne le rôle sacré de la déesse dans la naissance et la maternité. Construit pendant la période ptolémaïque sur l’île de Philæ, le temple d’Isis (à droite) a été déplacé dans les années 1970 pour échapper à la montée des eaux et se dresse aujourd’hui sur l’île d’Aguilkia au beau milieu du Nil.

Connue pour sa magie, Isis exerçait sa puissance bienfaisante dans la vie quotidienne comme dans l’au-delà. Avec la démocratisation des notions de vie après la mort chez les Égyptiens, elle était considérée comme la protectrice de tous les défunts de la société égyptienne et n’était plus l’apanage des classes sociales les plus hautes auxquelles appartenaient les pharaons et leurs familles. Elle était aimée des Égyptiens pour sa profonde dévotion envers son mari Osiris et son fils Horus. Pour les femmes de l’Égypte antique, elle était un modèle d’épouse et de mère.

Située en Haute-Égypte près de la frontière actuelle avec le Soudan, l’île de Philæ était dédiée à Isis. Des temples y étaient construits en son honneur depuis le 6e siècle avant notre ère. La construction d’un nouveau temple grandiose voué à Isis commença peu de temps avant la conquête d’Alexandre et s’acheva sous le règne de Ptolémée II Philadelphe et de son successeur Ptolémée III Évergète Iᵉʳ au 3e siècle avant notre ère.

Sa réputation de divinité la plus chaleureuse et la plus humaine d’entre toutes allait plus tard gagner le cœur des peuples extérieurs à l’Égypte.

Au-delà des frontières

Avec la diffusion de l’influence ptolémaïque à travers l’est de la Méditerranée, le culte d’Isis se propagea par le biais des routes commerciales pour atteindre les côtes syriennes, israéliennes et turques actuelles où elle fut associée à diverses divinités locales. En Grèce, Isis fut dans un premier temps lié à Déméter, déesse de l’agriculture. Au Liban et dans les régions attenantes, c’est la déesse du Moyen-Orient Astarté qui lui fut associée. Les villes romaines la relièrent à Fortune, déesse de la chance, et Vénus, déesse de l’amour. L’écrivain du 1er et 2e siècle Plutarque l’assimila à Perséphone, épouse d’Hadès, dieu des Enfers.

Les Temples voués à Isis commencèrent à fleurir ici et là dans le monde méditerranéen. L’un d’entre eux fut érigé sur Délos en mer d’Égée, une petite île aride qui devint un important centre commercial sous la dynastie ptolémaïque. L’impressionnant temple dorique d’Isis, dont les ruines se dressent encore aujourd’hui sur l’île, fut construit au début du 2e siècle avant notre ère. Les marchands romains qui fréquentaient Délos pour leurs activités adoptèrent le culte d’Isis qu’ils y avaient trouvé et le diffusèrent à leur retour à Naples, en Campanie, à Ostie, à Rome ou en Sicile. Isis était devenue un symbole de l’hégémonie ptolémaïque et au 1er siècle avant notre ère, son culte s’était diffusé à l’ouest jusqu’en Espagne.

Sous la dynastie ptolémaïque, certains aspects d’Osiris et Apis fusionnèrent avec les traits de dieux grecs, notamment Zeus et Hadès, pour donner naissance à une divinité syncrétique : Sérapis. Sa connexion avec l’au-delà, et par conséquent Osiris, aida les créateurs du nouveau culte ptolémaïque à établir un lien entre Isis et Sérapi.

Le centre de leur dévotion était Alexandrie, un noyau commercial majeur de la dynastie ptolémaïque. Pour les marchands alexandrins, Isis et Sérapis étaient devenus associés à la prospérité en plus de la vie après la mort, la guérison et la fertilité.

 

 

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

testo

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"