La rumba congolaise devient le patrimoine immatériel de l’humanité

créé par sandrine Nguefack
rumba congolaise

La Rumba se danse aux quatre coins du globe et se présente en deux variantes : sa version cubaine et la version congolaise. L’histoire de la rumba trouve ses racines durant la traite négrière. Les Africains capturés et transportés vers les Amérique n’avaient aucun bien à leur arrivée, mais ont apporté avec eux leur culture et leur musique. Ce rythme naît de la musique apportée aux Amérique par les Africains, avant de retourner en Afrique et d’être réadaptée.

rumba congolaise

Source Image: Wikipedia

L’agence culturelle des Nations Unies, l’Unesco, a ajouté le 14 décembre la rumba congolaise à sa liste du patrimoine culturel immatériel, suscitant le ravissement chez les deux Congo où chanter principalement en lingala, les chansons de rumba sert à véhiculer les messages d’amour.

La rumba s’est également mêlée à la lutte pour l’indépendance coloniale des deux Congo : la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville (comme on appelle souvent la République du Congo). Le tube Independence Cha Cha de 1960 interprété par Joseph Kabasele et African Jazz s’est propagé au-delà des deux Congos, devenant un hymne officieux de l’indépendance africaine.

L’Unesco a approuvé lors de son dernier sommet la demande conjointe des deux pays d’ajouter la rumba à sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, où elle rejoint la rumba cubaine, la musique pygmée polyphonique de la République Centrafricaine et les tambours du Burundi.

« La rumba est une passion partagée par tous les Congolais… Elle touche tous les domaines de la vie nationale », explique le professeur André Yoka Lye, directeur de l’Institut national des arts de Kinshasa, et président d’une « commission paritaire pour la promotion de la rumba congolaise ». La rumba est « un rassembleur, rassembleur, aussi bien du passé que du présent », ajoute-t-il.

La rumba congolaise dans sa forme moderne remonte à environ un siècle, mais a commencé à prendre son essor dans les années 1940, se répandant comme une traînée de poudre à Kinshasa et Brazzaville. C’est une musique de villes et de bars, de rencontres et de nostalgie, de « résistance et résilience », de « plaisir partagé » – une musique avec son mode de vie et ses codes vestimentaires, dit le musicologue Yoka.

Dans le bureau du musicologue, un instrument usé et usé est posé sur une étagère. « C’est la première guitare de Wendo », explique Yoka avec révérence. L’instrument était joué par Wendo Kolosoy (1925-2008), que les fidèles appellent le « père » de la rumba congolaise. Sa chanson de 1948 Marie-Louise, avec son crochet de guitare pailleté, est un classique du genre.

L’histoire de la Rumba est fluide – c’est une histoire de retour et de renouveau, dit Yoka. L’un de ses plus grands praticiens, Papa Wemba, « The King of Rumba Rock », est décédé en 2016, mais le genre reste fort.

« Koffi Olomidé est la rumba, Fally Ipupa est la rumba… Même ceux qui sont plus agités, comme Werrason et JB Mpiana, ont la nostalgie du retour à leurs racines », explique Yoka, en évoquant les noms des maestros de la rumba moderne.

Le président de la RDC, Félix Tshisekedi, a accueilli la nouvelle « avec joie et bonheur » alors que les citoyens des deux nations célébraient sur les réseaux sociaux.

« C’est un moment que nous attendions avec impatience », confie Jean-Claude Faignond, qui dirige le bar dansant Espace Faignond, lieu mythique de Brazzaville, la capitale de la République du Congo. « La rumba, est-elle un patrimoine immatériel ? Demande-t-il, avant de répondre ? « C’est du pur bonheur – l’immortalité.

 

En savoir plus sur AFP

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

testo

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"