La grotte de Blombos contient le premier dessin d’un humain

créé par sandrine Nguefack
grotte de Blombos

La grotte de Blombos a été découverte en 1991 par l’anthropologue Christopher Henshilwood en Afrique du Sud. C’est indubitablement le premier site au monde où l’humanité s’est servie des dessins pour communiquer. Toutes les découvertes réalisées sur le site sont à ce jour, des « premières », ou les plus anciennes retrouvées. La grotte de Blombos est constituée d’une partie archéologique étendue sur plus de 55 mètres carrés, sur une épaisseur estimée de 3 à 5 mètres suivant les endroits.

Les découvertes de Blombos

La datation par thermoluminescence a permis de dater la couche M1 de -72 700 ans avec une marge de ±3 100 ans. Les découvertes faites à Blombos mettent en lumière des aspects modernes des Homo sapiens de cette partie de l’Afrique y a 70 000 ans. Avant toutes les autres populations, ils ont créé un vaste éventail d’outils, utilisé des techniques « pointues « , et même porté des parures.

Cela témoigne de leur créativité. Ils étaient ainsi capables de développer de nouvelles techniques et idées fonctionnelles.

  • Bloc d’ocre retrouvé à Blombos âgé de 75 000 ans

pointes-pression-blombos

blombos-traces-geometrique

Plusieurs fragments d’ocre ont été retrouvés dans la grotte de Blombos. Parmi eux, deux blocs, usés, présentent des traces d’utilisation, mais surtout des motifs géométriques gravés en forme de croisillons. Datés de 75 000 ans, ils constituent donc les plus anciennes représentations artistiques connues. Ces blocs d’ocre ont pu être utilisés pour dessiner des motifs sur le corps humain, faire des tracés sur des parois, ou « saupoudrer » la poudre de couleur sur des objets. Ce sont véritablement les premières traces de création humaine… 35 000 ans avant les plus anciennes œuvres préhistoriques européennes.

En 2011, les chercheurs ont mis à jour des restes de Kit de maquillage à base d’ocre daté de -100 000 ans. Ce sont des coquillages qui étaient utilisés comme des récipients, des marteaux de pierre pour écraser et mettre en poudre les matières.

  • La manière de tailler les silex par pression

grotte de Blombos

pointes-pression-blombos

Les scientifiques ont pu déterminer que les pontes de Still Bay avaient été chauffées au préalable puis taillées par pression. Les pointes obtenues ainsi étaient plus fines et surtout plus tranchantes. Une technique de taille très en avance par rapport à l’époque. La datation absolue de ces outils donne un âge de -75 000 ans ce qui est 50 000 ans plus ancien que les premières traces trouvées jusqu’alors sur d’autres continents.

 

  • La parure de coquillages de Blombos

grotte de Blombos

parure-coquillage-blombos-afrique

41 coquilles de gastéropodes (Nassarius kraussianus) ont été retrouvées dans la grotte de Blombos. Ces petits animaux, vivant normalement dans les estuaires, ont donc été forcément ramenés par l’homme dans la grotte. Toutes les coquilles sont perforées et l’analyse au microscope montre des traces d’usure par frottement. L’utilisation de ces coquillages sous forme de pendentif ou de parure semble donc évidente.

 

La grotte de Blombos a délivré d’autres éléments.

Outre les coquillages, les pointes, les blocs d’ocre, le site de Blombos offre à chaque recherche d’autres outils de pierre et des ossements d’animaux. Ces derniers ont été brisés et démontrent que les « hommes » de l’époque ont cherché la moelle pour s’alimenter.

A ce jour, la grotte de Blombos n’est pas ouverte au public, c’est un chantier de fouilles.

 

Sources

CNRS Bijoux

CNRS Pointes chauffées

Photos : Chris Henshilwood

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

[wp_ad_camp_1]

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"