Quelques pillages qui ont marqué l’histoire des objets d’art africain

créé par sandrine Nguefack
objets d'art

En 2018, un rapport rédigé par l’historienne de l’art française Bénédicte Savoy et l’écrivain et économiste sénégalais Felwine Sarr à la demande du président français, Emmanuel Macron, suggère que les objets d’art pillés durant l’expansion coloniale en Afrique subsaharienne soient restitués de manière progressive. D’après le dudit rapport, les puissances coloniales ont acquis ces œuvres par « le pillage, la spoliation, la ruse et le consentement forcé ».

Le pillage durant l’expédition du Bénin de 1897

L’expédition du Bénin de 1897 était une attaque punitive contre l’ancien royaume du Bénin. Ce royaume était célèbre pour son immensité, et ses remparts, et aussi pour ses extraordinaires plaques et statues en bronze coulé et en laiton. La ville a été incendiée et l’Amirauté britannique a vendu aux enchères le butin – plus de 2 000 œuvres d’art – pour « payer » l’expédition. Le British Museum a obtenu environ 40 % du butin.

L’expédition dans l’ancien royaume de 1867

L’ancien royaume d’Abyssinie était une région de la Corne de l’Afrique, située aujourd’hui dans le nord de l’Éthiopie. Sous l’empereur Tewodros II, la bataille de Magdala a été culminée, mais des missionnaires et des agents de l’expédition britannique de 1867 ont exécuté le pillage de manuscrits, de peintures et d’artefacts inestimables de l’église éthiopienne. D’après les récits, ils auraient eu besoin de 15 éléphants et de 200 mules pour les emporter tous. La plupart se sont retrouvés à la British Library, au British Museum et au Victoria and Albert. Ils s’y trouvent encore aujourd’hui.

D’autres objets d’art africains épars dans le monde

D’autres trésors africains ont également été pris sans aucun doute. Les célèbres ruines du Grand Zimbabwe ont fait l’objet de nombreuses fouilles par les associés de l’homme d’affaires britannique Cecil Rhodes – qui a créé la Rhodesia Ancient Ruins Ltd en 1895 pour piller plus de 40 sites de leur or. Une grande partie de l’archéologie sur le site a d’ailleurs été détruite.

De même, le musée du Quai Branly, grand trésor de l’ethnographie mondiale à Paris, détient plus de 70 000 objets d’Afrique. Il en est de même pour le musée ethnologique du nouveau forum Humboldt de Berlin possède la deuxième plus grande collection de « bronzes du Bénin », des artefacts sculpturaux pillés par les Britanniques dans l’ancien royaume du Bénin.

Avec un réseau de musées européens, l’institution berlinoise a accepté de prêter une partie des quelque 500 objets à un musée béninois sous l’égide du Benin Dialogue Group. Heureusement, les universitaires africains, en particulier en Afrique de l’Ouest, ont commencé à se réapproprier et à faire revivre leur héritage philosophique.

Restitution de quelques objets d’art

La France a finalisé la restitution de 26 œuvres d’art au Bénin Ces œuvres font partis des trésors royaux d’Abomey pillés au XIXe siècle et conservées jusqu’ici au musée du Quai Branly. À cette occasion, le président Emmanuel Macron a reçu à l’Élysée son homologue béninois, Patrice Talon, avec lequel il a validé formellement le transfert de propriété des œuvres qui rejoindront le Bénin.

Le palais de Lambeth en Angleterre serait en pleine discussion depuis l’année dernière pour le rapatriement des trésors africains qui ont été données en cadeau à l’archevêque de Cantorbéry de l’époque, Robert Runcie, il y a près de 40 ans. Ils sont susceptibles de se retrouver au projet de musée d’art ouest-africain d’Edo (EMOWAA) qui est en cours de construction à Benin City spécifiquement pour mettre en valeur les trésors du royaume africain qui se trouve dans le Nigeria actuel. Parmi ces objets d’art figurent des statues totem de l’ancien royaume d’Abomey ainsi que le trône du roi Béhanzin, pillés lors de la mise à sac du palais d’Abomey par les troupes coloniales en 1892.

Nous espérons donc que les entreprises d’art et institutions européens et africains continueront à collaborer pour la restitution de ces œuvres d’art.

related articles

 

Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

DÉCLARATION UNESCO

[wp_ad_camp_1]

Choisissez de faire partie de ce projet en participant à la création d’un monde plus multiculturel et inclusif.

Abuy Area Incubatori FVG  POR FESR 2014-2020

Le projet a obtenu un financement de 72 000 € de la Région Autonome du Frioul-Vénétie Julienne à travers l'appel POR FESR 2014-2020, Activité 2.1.b.1 bis « Octroi de subventions pour le financement des programmes personnalisés de préincubation et d'incubation d'entreprises, visant à la réalisation de projets de création ou de développement de nouvelles entreprises caractérisés par une valeur significative ou par une connotation culturelle et/ou créative pertinente ». |
ll progetto ha ottenuto un finanziamento di 72.000 € dalla Regione Autonoma Friuli Venezia Giulia sul bando POR FESR 2014-2020, Attività 2.1.b.1 bis "Concessione di sovvenzioni per il finanziamento di programmi personalizzati di pre-incubazione e incubazione d’impresa, finalizzati alla realizzazione di progetti di creazione o di sviluppo di nuove imprese caratterizzati da una significativa valenza o da un rilevante connotato culturale e/o creativo"