Interview de Reine Dibussi: pourquoi les graphistes designer et créatifs sont-ils de plus en plus sollicités ?

L’un des aspects du bilan global de la crise sanitaire actuelle est la redynamisation et l’émergence de certains profils professionnels de plus en plus sollicités. Entre autres les métiers du digital tels les arts graphiques qui s’avèrent être, pendant cette période, une bouffée d’oxygène.
Le graphisme est partout. Que ce soient les activités et métiers du web, les manuels scolaires, les publicités, les magazines ou encore nos vêtements, la plupart des objets ayant une identité graphique sont passés entre les mains d’un graphiste. L’image des produits est aussi importante pour les consommateurs, que pour les entreprises. Ce qui implique des évolutions de compétences, tant pour les experts du secteur
La troisième phase de la révolution numérique” est en marche et nous avons rencontré pour vous, la graphic designer Reine Dibussi. Dans une interview accordé à l’équipe Agora Africaine, elle nous parle de sa carrière de ses ambitions et aussi des opportunités que créent ce métier qui a le vent en poupe.

1. Bonjour, Reine Dibussi, et merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour Agora Africaine.  Tout d’abord, pourriez-vous nous décrire votre parcours professionnel ? Qu’est-ce qui vous a amené au métier de designer graphique?


Bonjour Agora Africaine, et merci pour l’intérêt porté à mon travail. Après mon BAC, j’ai commencé par des études de Lettres et Civilisations Anglaise, avant d’intégrer une école d’Art, Emile Cohl à Lyon. Où j’ai étudié pendant cinq ans l’illustration, le concept art, le graphisme, la BD et un peu d’animation 2D. Et comme j’ai depuis toujours été attirée par les livres, les livres illustrés et la Bande Dessinée, j’ai décidé de travailler à la sortie d’un premier album de BD. Après une période de création de trois ans, le premier tome de la BD MULATAKO est sorti en 2017 en auto-édition, et le deuxième tome vient de sortir en début 2021. Ce deuxième tome est une collaboration avec la scénariste et doctorante en Anthropologie camerounaise Carine Bahanag. Mis à part le dessin et l’écriture de scénario de Bandes Dessinées, je suis illustratrice graphiste et réalise des illustrations pour particuliers et entreprises. Fortes de ces expériences, nous nous sommes associées Carine Bahanag et moi et avons fondé AFIRI Studio, un studio graphique et une maison d’édition qui proposent nos expertises, à savoir, des illustrations pour particuliers et entreprises et des services d’accompagnement à l’édition pour des projets d’inspiration africaine.


2. En quoi consiste votre activité au quotidien ? Avez-vous une journée type ?

Mon activité est scindée en deux : une partie créative, car mon cerveau foisonne sans cesse d’idées et de concepts, et une deuxième partie, qui consiste à réaliser des illustrations ou des services pour mes client·es. Je consacre généralement une journée ou deux journées de suite à la création, puis j’alterne avec des journées où je réalise des commandes pour mes client·e·s. Cela change donc en fonction de mes périodes d’activités, actuellement, après la sortie du deuxième tome de Mulatako, j’ai été davantage dans une période consacrée à la communication. Ensuite j’ai préparé des projets d’édition, de Bande Dessinée et de roman young-adult pour 2022.
Ma journée type commence par une heure de sport, suivie de 7 à 8 h de travail, avec une heure à une heure trente de pause à midi.


3. Vous êtes à la fois D.A et illustrateur. Vous intervenez également en tant que autrice de Bande Dessinée et Scénariste. Quelle est la partie de votre métier qui vous plait le plus et pourquoi ? Est-ce que la transmission est pour vous une part essentielle de votre métier ?

Je me définis d’abord comme illustratrice 2D, et autrice de Bande Dessinée. La partie directrice artistique intervient au sein d’AFIRI Studio qui est une jeune entreprise et les premiers projets pour lesquels je chapeauterai une équipe d’illustrateurs·ices, sont prévus pour la fin d’année. Je dirais donc que je débute mon expérience dans ce domaine. C’est compliqué de dire quelle partie me plaît le plus. Il est vital pour moi d’être créative, de produire des œuvres personnelles. Cela dit, j’ai trouvé un équilibre avec la partie service, car je ne prends que des projets dans lesquels je crois et qui m’inspirent. 


La transmission fait partie de mon métier, c’est pourquoi à chaque sortie d’album MULATAKO, je tiens à faire des ateliers avec les jeunes. Dans AFIRI Studio, nous comptons collaborer avec des artistes et des autrices·eurs qui débutent leur activité ou qui sont en recherche de formation, tout autant que d’opportunités de travail.


4. Quels sont vos projets futurs et vos aspirations pour votre entreprise ?
J’ai deux entreprises. Reine Dibussi, l’artiste et AFIRI Studio et ses services et produits autour de l’illustration et du livre illustré. En tant que Reine Dibussi, je continue à travailler sur Mulatako, mais je prépare également un roman fantasy young-adult avec des guerrières, dans un univers inspiré de l’Afrique centrale précoloniale et des Antilles. J’ai récemment signé un contrat de représentation avec l’Agente Littéraire Ariane Geffard, et je compte proposer les projets que je concocte depuis des années à des maisons d’édition. C’est une nouvelle page qui s’ouvre pour moi.
Au sein d’AFIRI Studio, nous comptons travailler avec des artistes afro-descendants et/ou qui explorent des univers afrocentrés sur des prestations et des projets collectifs.
Que ce soit en tant que Reine Dibussi ou avec AFIRI Studio, mon objectif reste le même : continuer de proposer des œuvres graphiques qui puisent leur source dans notre africanité et toucher le plus grand nombre de personnes.


5. Vous n’hésitez pas à montrer les étapes de vos processus créatifs sur les réseaux sociaux en publiant notamment vos crayonnés. Êtes-vous aussi transparente dans les échanges avec vos clients ? Est-ce un plus pour mener à bien vos différents projets ?
Tout à fait. Lorsqu’une personne me passe commande je lui explique mes conditions de travail. Je l’accompagne pour qu’il,elle identifie le style ou l’œuvre qui lui plaît le plus parmi mes créations, et je l’informe entre autres du nombre de corrections qu’il y aura. J’inclue toujours une phase de croquis qui permet au ou à la cliente de corriger, puis d’ajuster sa demande. Communiquer sur mes méthodes de travail et l’écoute des besoins de l’autre sont ce qui me permet comme au/à la client·e de se sentir compris·e.


6. Avez-vous des influences, des artistes référents ? Si oui, pouvez-vous en citer quelques-uns ?
Mes univers de référence sont le fantastique, la science-fiction, la romance et l’horreur. Je regarde beaucoup d’œuvres artistiques qui les explore, quel que soit le médium : littérature, BD, séries TV, cinéma, etc. En littérature par exemple, j’aime les écrits de Toni Morrison, j’ai découvert récemment les livres de Nnedi Okorafor et Tomi Adeyemi que j’aime bien aussi. En illustration j’aime beaucoup Moebius, Sergio Toppi, Olivier Coipel, Nesskain, Raymond Sebastien, Cédric Peraverney…


7. Quels conseils pourriez-vous donner à de futurs designers graphiques ou débutants ? Les conseils que je peux leur donner évoluent avec ma propre expérience du métier.

Je dirai aux artistes débutants et débutantes de penser à deux choses : créer et vendre. Il faut en même temps penser à travailler sa technique que trouver des solutions pour vivre de son métier.


8 . Pouvez-vous nous parler de vos projets en cours ?
Actuellement je sors d’une période où j’ai dû me retirer pour m’occuper de ma santé. Le reste de mon année 2021 sera consacré à continuer à faire connaître le deuxième tome de la BD Mulatako. Actuellement nous sommes à plus de 1200 albums vendus de la série, et le chiffre ne fait qu’augmenter, ce qui est une excellente nouvelle pour un album que nous portons pour le moment encore à bout de bras, ma collaboratrice et moi-même. D’ailleurs, nous serons présentes au festival de Lyon BD en juin prochain. Nous serons également présentes au festival de Strasbourg, Strasbulles. Nous attendons la confirmation d’autres dates pour le Cameroun, mais avec la situation sanitaire actuelle, nous ne pouvons que croiser les doigts.
Par ailleurs, je prépare un album de coloriage sur l’univers de Mulatako. Je réponds également à des commandes pour AFIRI Studio. Et je prépare deux autres projets d’édition : un projet de roman graphique en collaboration avec une autre autrice, sur lequel je communiquerai sûrement bientôt, et un roman d’afro-fantasy qui ira bientôt frapper à la porte des maisons d’édition.   

Contacts

REINE DIBUSSI
Autrice de BD, Illustratrice 2D, Scénariste
Facebook : Mulatako ou Reine Dibussi / Blog : queend.over-blog.com
Achetez la BD sur Afiri Studio