Les bronzes du Bénin: l’Allemagne restituera les objets pillés au Nigéria

L’Allemagne a accepté de restituer une partie des objets pillés connus sous le nom de Benin Bronzes au Nigéria.  Des objets inestimables volés durant la colonisation par des soldats britanniques lors d’un raid de 1897. 

Des milliers de plaques et de sculptures ont été pillées dans l’ancien royaume du Bénin (aujourd’hui le sud du Nigéria, et non la république du Bénin) . Après des ventes aux enchères, certains des bronzes se sont retrouvés dans des musées et des collections privées en grande partie en Europe et aux États-Unis. 

Au cours de la dernière décennie, un consortium connu sous le nom de Benin Dialogue Group a travaillé pour rapatrier ces œuvres et établir une exposition permanente à Benin City, en partenariat avec des musées en Allemagne et dans d’autres pays européens. Les responsables allemands ont annoncé jeudi qu’ils travailleraient avec le Nigéria sur des projets de restitution de certains de ses bronzes béninois dans l’année à venir.

“Les participants sont d’accord pour dire que s’attaquer au passé colonial de l’Allemagne est une question importante pour l’ensemble de la société et une tâche essentielle pour la politique culturelle”, ont-ils écrit dans un communiqué conjoint .

Les responsables allemands ont pour objectif de rendre le premier de leurs bronzes du Bénin l’année prochaine et publieront des plans et des calendriers plus précis d’ici cet été. Ils ont dit qu’ils “réaffirment leur volonté de principe de faire des retours substantiels” des artefacts, mais ont laissé la porte ouverte à la conservation de certains d’entre eux. 

“Les discussions avec les partenaires nigérians doivent couvrir non seulement les retours et les projets de coopération au Nigeria, mais aussi si et comment les bronzes béninois, en tant que partie du patrimoine culturel de l’humanité, peuvent à l’avenir être également montrés en Allemagne”, ont-ils déclaré.

De nombreux musées allemands sont en possession de bronzes du Bénin, ont déclaré les responsables. Ils ont invité ceux qui ne font pas partie du Groupe de dialogue du Bénin à se joindre à leurs efforts. 

Un bronze du Bénin, photographié à Berlin, représente un dignitaire de haut rang avec une épée et une cloche rectangulaire accompagnée de deux souffleurs, plaque de laiton. Crédit: Adam Eastland / Alamy

Un bronze du Bénin, photographié à Berlin, représente un dignitaire de haut rang avec une épée et une cloche rectangulaire accompagnée de deux souffleurs, plaque de laiton. Crédit: Adam Eastland / Alamy

Il y a beaucoup plus de ces objets historiques dispersés à travers le monde que dans leur pays d’origine, selon l’auteur Dan Hicks. Il a déclaré à Art News que 45 institutions au Royaume-Uni et 38 aux États-Unis détenaient des bronzes du Bénin, contre seulement neuf au Nigéria.

Le musée ethnologique de Berlin abrite l’une des plus grandes collections au monde d’artefacts de l’ancien royaume, comme le rapporte l’ Associated Press . Son inventaire est estimé à environ 530 articles, dont 440 bronzes. Et environ 900 de ces artefacts sont conservés dans le seul British Museum . 

Les militants demandent de plus en plus aux institutions culturelles de rapatrier leurs bronzes béninois – largement considérés comme un symbole de la conquête coloniale – au Nigéria, bien que peu l’aient fait.

L’État français a promis il y a deux ans de rapatrier 26 de ces artefacts d’ici 2021, mais, comme Art News l’a rapporté ce mois-ci, aucun n’a encore quitté définitivement le pays. 

Et tandis que le gouvernement britannique a déclaré que les institutions devraient «conserver et expliquer» les artefacts controversés, certains musées régionaux britanniques semblent être en désaccord, comme le rapporte le Guardian .

L’université écossaise d’Aberdeen a annoncé le mois dernier qu’elle rendrait imminemment un buste qu’elle avait acquis dans les années 1950, invoquant des préoccupations éthiques.

“Notre panel a conclu que cela avait été acquis en tant que butin et par conséquent, nous ne pensions pas avoir de titre moral”, a déclaré Neil Curtis, responsable des musées et des collections spéciales à l’Université d’Aberdeen.

La prochaine réunion du Groupe de dialogue du Bénin est prévue le 27 mai.

Ses milliers de sculptures et de sculptures en laiton, en bronze et en ivoire devenus des symboles  du colonialisme, sont  aussi plus de 900  conservés au British Museum, qui subit une pression croissante pour les restituer à la suite des manifestations de Black Lives Matter de l’année dernière.

Le British Museum a déclaré à la BBC qu’il s’était «engagé à faciliter une exposition permanente du matériel béninois» à Edo, mais n’a pas précisé le nombre d’articles qui seraient retournés, ajoutant que «la sélection des objets sera déterminée lors de discussions avec nos collègues nigérians. “.