Le sit-in de Greensboro était une manifestation pour les droits civiques

Si la ségrégation n’a jamais empêché les blancs de se faire servir par des noirs dans des établissements qui leur était interdit, il était cependant interdit à un noir de se faire servir par un blanc jusqu’aux années 1960 aux USA. Une situation qui devenait de plus en plus intenable puisque le 1er février 1960, quatre étudiants afro-américains de l’universié d’Etat Agricultural and Technical en  Caroline du Nord après avoir avoir effectué des achats chez Woolworth’s gardent leurs tickets pour prouver qu’ils sont des clients,. Ils se sont assis à un comptoir et ont poliment demandé d’etre  servis. Leur demande a été refusée.

Lorsqu’on leur a demandé de partir, ils sont restés à leur place. Or, justement, en restant sur leur siège, ils refusent de rester “à leur place” dans cette Amérique ségrégationniste. Woolworth’s ferme tôt pour mettre fin à l’incident, mais les Quatre de Greensboro se promettent de revenir le lendemain.

Le sit-in de Greensboro

À Greensboro, des centaines d’étudiants, d’organisations de défense des droits civiques, d’églises et de membres de la communauté se sont joints à une manifestation de six mois.

Le 2 février, les Quatre retournent chez Woolworth et s’assoient au comptoir. Des équipes de télé nationales et locales se rassemblent au magasin. L’intentse couverture télé aide à la diffusion de la protestation à High Point, Caroline du Nord, le jour suivant. Leur résistance passive et leur demande pacifique de s’asseoir ont contribué à déclencher un mouvement dirigé par des jeunes pour lutter contre les inégalités raciales dans le Sud.

Le 3 février, à l’heure de l’ouverture, les étudiants se battent pour avoir des sièges à Woolworth’s, mais il il y a aussi une opposition grandissante de blancs qui provoquent les manifestants. Les informations nationales commencent à rapporter l’histoire et le mouvement s’étend à Winston-Salem, en Caroline du Nord.

4 février. Des étudiantes du Bennett College aussi bien que trois étudiantes du Greensboro Women’s College rejoignent le sit-in. Le sit-in paralyse Woolworht’s et d’autres commerces aux alentours.

5 février. Environ 300 étudiants sont maintenant en train de protester chez Woolworth’s. Le mouvement de sit-in se diffuse dans près de 40 autres villes autour de la région.

6 février. On estime à plus de 1000 les protestataires et ceux qui les observent chez Woolworth’s. Le sit-in s’étend aux alentours du magasin Kress, amenant virtuellement à bloquer le centre ville de Greensboro. Les établissements Woolworth’s et Kress ferment tôt après avoir reçu une alerte à la bombe.

7 février. Les étudiants de l’université A&T votent la suspension des manifestations pour donner aux responsables de la ville et des magasins une chance de s’exécuter.
Leur engagement a finalement conduit à la déségrégation du comptoir-repas FW Woolworth le 25 juillet 1960. Quatre ans plus tard, la ségrégation des lieux publics a été rendue illégale lorsque le Congrès a adopté le Civil Rights Act de 1964.


Ezell A. Blair, Jr. (maintenant Jibreel Khazan), Franklin E. McCain, Joseph A. McNeil et David L. Richmond quittent le magasin Woolworth après le premier sit-in le 1er février 1960